Parution du livre « Exils » de Iota Ioannidou aux Editions Monemvassia

Dernière parution des éditions Monemvassia (http://editions-monemvassia.com) :
Exils de Iota Ioannidou

Publié dans Communiqués, Non classé | Commentaires fermés sur Parution du livre « Exils » de Iota Ioannidou aux Editions Monemvassia

Emissions grecques radiophoniques « L’instant grec » en mai

Prochaines émissions grecques radiophoniques le dimanche à 13h sur Ayp fm 99.5 et Internet radio-aypfm.com, la Radio Arménienne:

  • dimanche 10 mai 2020: la poésie au service de la littérature et de l’art, hommage à la poétesse Kiki DIMOULA avec Madame Eurydice TRICHON-MILSANI, critique d’art et écrivaine
  • dimanche 17 mai 2020: rediffusion de l’émission du 19 mai 2019: le patrimoine menacé des Grecs Pontiques entre Turquie et Grèce avec Monsieur le Professeur Michel BRUNEAU, Directeur de Recherches Emérite au CNRS (journée de mémoire du génocide des Grecs Pontiques célébrée le 19 mai)
  • dimanche 24 mai 2020: présentation de livre avec Monsieur Christos MARKOGIANNAKIS, écrivain et criminologue ; la reprise scolaire et la situation sanitaire liée au COVID-19 en GRECE avec Monsieur Konstandinos MYTALOULIS, Professeur à l’Université Ouverte Hellénique et Enseignant des Ecoles

Avec Evelyne FRESINSKY

Notez que la remarquable émission présentée le 3 mai intitulée Questions et regard porté sur la crise sanitaire du COVID-19 ; les préoccupations actuelles des Chypriotes avec Monsieur le Docteur Nicolas PANAYOTOU, médecin généraliste et biologiste “ a été diffusée correctement à 13h sur la FM et via Internet mais un souci technique de quelques heures est survenu par la suite sur le site pour le rattrapage. Elle est cependant à nouveau disponible à la ré-écoute. Nous vous prions de nous excuser pour ce désagrément

Publié dans Communiqués, Non classé | Commentaires fermés sur Emissions grecques radiophoniques « L’instant grec » en mai

Message (en grec) de la présidente de la république de Grèce pour la fête de Pâques

Μήνυμα της Προέδρου της Δημοκρατίας Κατερίνας Σακελλαροπούλου για τη Μεγάλη Εβδομάδα

Οι μέρες της πανδημίας, στη χώρα μας και στον κόσμο, μοιάζουν με μια μακρά Μεγάλη Εβδομάδα. Η ατμόσφαιρά της είναι διάχυτη παντού, στους άδειους δρόμους και στα περίκλειστα σπίτια μας, στο μυαλό και στις καρδιές μας.
Όμως το πένθος αυτών των ημερών, όπως διδάσκει η ορθόδοξη παράδοσή μας, δεν συνοδεύεται από την απόγνωση και την απαισιοδοξία. Είναι ένα πένθος γλυκύ, γιατί εμπεριέχει το σπέρμα της ελπίδας. Ακόμα και στο μοιρολόι της Παναγιάς, στο «Γλυκύ μου Έαρ», που τόσο μας συγκινεί, στο βάθος του θρήνου για το ανθρώπινο πεπρωμένο αχνολάμπει η κατάφαση της ζωής. Ξέρουμε πως η ζωή θα υπερνικήσει τον θάνατο, το νιώθουμε στη φύση που σκιρτά και ξαναγεννιέται. Μέσα σε ένα κλίμα δέους και κατάνυξης, περισυλλογής και ενδοσκόπησης, μέσα στην ευεργετική χαρμολύπη της μεγάλης εβδομάδας, περιμένουμε την θαυματουργή κάθαρση της Ανάστασης.
Το Πάσχα είναι ένα πέρασμα προς την αναγέννηση μέσα από το θείο δράμα· μια πνευματική διαδρομή προς το φως. Συνυφασμένο με την ιστορία του Ελληνισμού, δεν συμβολίζει μόνο την ανάσταση του έθνους, αλλά και την ουσία του ελληνικού πνεύματος, που ανέκαθεν πίστευε στον τελικό θρίαμβό του καλού. Είναι η γιορτή της ευφρόσυνης αγάπης. Ο θάνατος χάνει το κεντρί του, ο Άδης νικιέται από την αγάπη προς τον Άλλον. Και η νίκη αυτή είναι το ανυπέρβλητο θαύμα των ημερών, το θαύμα στο οποίο μετέχουμε όλοι, προσφέροντας την ψυχική μας ενέργεια και την πρακτική αλληλεγγύη μας στον συνάνθρωπό μας, συνειδητοποιώντας ότι η μοίρα του είναι και δική μας μοίρα.
Το φετινό Πάσχα θα διαφέρει ως προς τους τρόπους που θα το γιορτάσουμε, όχι όμως και ως προς το περιεχόμενό του. Ας είναι και φέτος η Λαμπρή, η διαιώνιση και ο ανακαινισμός του θαύματος της ζωής. Ευχόμαστε να σημάνει την επούλωση των πληγών στο σώμα της ανθρωπότητας και την ανάστασή της μέσα στο φως.

Publié dans Communiqués, Non classé | Commentaires fermés sur Message (en grec) de la présidente de la république de Grèce pour la fête de Pâques

Nouveau clip du group « Nefeles » : O Koutalianos

Vous ne connaissez pas encore Panagis Koutalianos ? C’est un costaud qui arrête les trains à main nue, c’est la jeunesse qui danse, c’est le sourire des anciens, c’est un village grec, c’est une chanson grecque, c’est un violon qui vole et un balai qui s’envole, c’est un guitariste nonchalant et un bouzouki qui fait des clins d’œil, une petite fille à moustaches, des arbres, des pierres, des gens. C’est la toute nouvelle merveille du groupe « Nefeles », c’est le bonheur comme on ne vous l’a jamais montré. Vous allez adorer Panagis Koutalianos. (Eric Taver)

Cliquez sur l’image pour voir le clip

Publié dans Communiqués, Non classé | Commentaires fermés sur Nouveau clip du group « Nefeles » : O Koutalianos

Emissions grecques radiophoniques « L’instant grec »

Emissions grecques radiophoniques pour les 4 semaines à venir « l’Instant Grec » les dimanches 19 et 26 avril, 03 et 10 mai 2020 à 13 h sur AYPfm 99.5 et internet radio-aypfm.com, la Radio Arménienne

  • 19 avril: Το ΠΑΣΧΑ και η ιστορία του, PAQUES et son histoire avec Monsieur Roviros MANTHOULIS, cinéaste et écrivain
  • 26 avril: l’Exode de Missolonghi (10 avril) et son impact sur le philhellénisme français avec Madame Paraskevi Eva NASTOU, chercheuse en arts et langages / directrice administrative et pédagogique de l’Institut d’études néo-helléniques de Paris ; rediffusion de l’émission du 21 avril 2019 : une date profane comme le 21 avril avec Monsieur Roviros MANTHOULIS, cinéaste et écrivain
  • 03 mai: questions et regard porté sur la crise sanitaire du COVID-19 ; les préoccupations actuelles des Chypriotes avec Monsieur le Docteur Nicolas PANAYOTOU, médecin généraliste et biologiste
  • 10 mai: la poésie au service de la littérature et de l’art avec Madame Eurydice TRICHON-MILSANI, critique d’art et écrivaine

Toutes les émissions sont disponibles sur le site www radio-aypfm.com, archives, l’instant grec, e-mail ellinikistigmi@gmail.com

Avec Evelyne FRESINSKY, biologiste en recherche clinique et pianiste

Conception graphique Annie DIMITRIOU, ancienne directrice de l’IENH

Publié dans Communiqués, Non classé | Commentaires fermés sur Emissions grecques radiophoniques « L’instant grec »

Concours international de dessin pour enfants et jeunes des Grecs de l’étranger sur le thème « De près ou de loin, nous ne faisons tous qu’un ».

Le Secrétariat Général de l’Hellénisme de la diaspora du ministère des Affaires étrangères et la Pinacothèque pour enfants de Grèce organisent, en collaboration avec la section grecque de l’Organisation internationale de livres pour jeunes – Cycle du Livre grec pour enfants, un concours international de dessin pour enfants et jeunes des Grecs de l’étranger sur le thème « De près ou de loin, nous ne faisons tous qu’un ». Le concours aura lieu du 10 avril au 5 juillet 2020.

Publié dans Communiqués, Non classé | Commentaires fermés sur Concours international de dessin pour enfants et jeunes des Grecs de l’étranger sur le thème « De près ou de loin, nous ne faisons tous qu’un ».

1er Avril, fête nationale de Chypre

Texte de Evagoras Mavrommatis

Président de la Communauté Chypriote de France

L’île de Chypre a été sous occupation étrangère depuis 1191, successivement par les Francs, les Vénitiens, les Ottomans et enfin par les Anglais depuis 1878, lorsque les Turcs, après leur défaite en Crimée, ont été contraints de céder Chypre aux anglais pour payer leurs dettes.

Un demi-siècle plus tôt, lors de la Révolution grecque de 1821,  Chypre avait déjà participé à la lutte contre les Turcs avec ses combattants et son soutien financier. Même si les livres d’histoire ne le mentionnent pas, en France  les chypriotes frères Karadzia   étaient parmi les pionniers de la « Société des compagnons » (Φιλική Εταιρεία) et en Chypre nombreuses étaient les victimes des massacres et des pendaisons parmi le peuple et le clergé le 9 juillet 1821.

Un demi-siècle plus tard, en 1878, une grande partie du territoire grec avait été libérée et le nouvel État hellénique était institué, malgré les difficultés.

 L’ arrivée du premier gouverneur anglais a remonté  le moral des Chypriotes, qui pensaient que leurs rêves de liberté, puis de l’union avec la mère-patrie de la Grèce, seraient bientôt réalisées. La flamme chypriote pour l’union était incandescente et tout le monde avait dans la bouche la phrase:

« Que Dieu nous permette de se joindre à notre mère, même s’il nous faut rester affamés ou manger des pierres dans les montagnes « 

(Είθε να δώσει ο Θεός στην μάννα μας να πάμε,

κι΄ας τρώμε πέτρες των βουνών αν δεν έχει να φάμε. )

Mais ils ont vite compris que les Anglais n’accorderaient jamais aux Chypriotes le droit à l’autodétermination. Toutes les actions entreprises depuis, sont restées vaines…

Le 15 janvier 1950, l’Église de Chypre organisa un référendum ou 96% de votants (parmi lesquels de nombreux Chypriotes Turcs) se sont exprimés en faveur de l’union de Chypre avec la Grèce. Avec ce résultat, l’église et les Chypriotes de la diaspora ont tenté d’internationaliser le sujet sans résultat.

La seule option qui restait était la lutte armée. Les Chypriotes vivant en Grèce ont commencé à s’organiser. George Grivas, Chypriote et  officier de l’armée grecque, s’infiltre à Chypre et commence à organiser le combat.

En 1955, tout était prêt. Le chef militaire de la lutte était  George Grivas sous l’alias Digenis et le chef politique  l’archevêque Makarios. La date du 25 mars (célébration de la libération grecque par les turcs) a été symboliquement choisie pour le soulèvement contre les anglais,  mais la pleine lune rendrait difficile l’opération, qui fût ainsi repoussée pour la nuit du 31 mars au 1er avril.

A minuit, sur l’ordre de Digenis, des explosions assourdissantes ont secoué les villes de l’île, visant  plusieurs cibles anglais.  L’adhésion du peuple à la lutte était totale et  les Britanniques ont commencé à s’inquiéter. 1 200 marines sont arrivés à Chypre pour  prêter main-forte à la  police. Ils ont commencé par interdire la circulation sur les routes des villes et des villages.  Ils ont encerclé des villages entiers avec des barbelés afin d’y « confiner » les habitants. Le nouveau gouverneur, le général John Harding, a utilisé aussi les Chypriotes turcs, jusque là neutres et plutôt indifférents. Ils se sont mis à jouer le  jeu des anglais mais aussi de la Turquie qui s’est réveillée et demandait la partition de l’île entre les deux communautés .

Les nombreuses arrestations, les tortures, les meurtres, même de jeunes enfants, l’exil, la pendaison des 9 jeunes combattants, n’ont pas pu briser le moral de la population. Il n’y avait pas une seule maison dans les villages de Troodos et surtout dans la région de Pitsilia qui n’avait pas servi  comme refuge pour les combattants.

  Au bout de quatre années de lutte, les Chypriotes étaient parvenus à plier les anglais sur le plan  militaire, mais les politiciens ont fini par céder aux exigences des Anglais et des Turcs. Le simulacre d’ « indépendance » ainsi obtenue  a conduit aux évènements de 1963 – 1964 et finalement à  l’invasion turque de 1974 avec les conséquences désastreuses bien connues, une situation de fait qui perdure malheureusement à ce jour.

Publié dans Non classé, Tribune | Commentaires fermés sur 1er Avril, fête nationale de Chypre

Communiqué du Festival GrecDoc

Chers spectateurs, chers ami(e)s,

Suite à l’épidémie de Coronavirus, et pour la sécurité de chacun, nous sommes contraints de reporter le GrecDoc, festival européen de documentaire grecs à Paris.

Toutefois, notez que nous revenons très vite, les 12, 13 et 14 juin, toujours au cinéma Le Grand Action ! Les nouveaux horaires seront communiqués prochainement. Cependant, si la situation sanitaire devait s’avérer encore trop risquée, nous reporterons le festival, définitivement cette fois-ci, au week-end du 18, 19 et 20 septembre.

Restons solidaires dans ces moments difficiles, gardons le morale, et à très vite pour le GrecDoc !

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés sur Communiqué du Festival GrecDoc

Annonce de l’Ambassade de Grèce concernant les voyages aériens des Grecs en France souhaitant rentrer en Grèce

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés sur Annonce de l’Ambassade de Grèce concernant les voyages aériens des Grecs en France souhaitant rentrer en Grèce

Communiqué de l’Ambassade de Grèce concernant les déplacements des citoyens Grecs à l’étranger

Dans le cadre des mesures d’urgence adoptées pour lutter contre la propagation du coronavirus (Covid-19) en France, en Grèce mais aussi au niveau européen, nous portons à votre connaissance ce qui suit :

Les numéros de téléphone au service de nos compatriotes sont 01 47 23 72 23 et 01 47 23 72 28, en dehors des heures d’ouverture de l’Ambassade vous pouvez nous joindre au 06 11 22 28 37. Vous pouvez également contacter les services de l’Ambassade par mail : grgencon.par@mfa.gr ou via ses comptes Facebook et Twitter :
https://www.facebook.com/LaGreceenFrance/ et https://twitter.com/GreceParis

En ce qui concerne les déplacements des citoyens Grecs à l’étranger, nous vous prions de consulter le site Internet du ministère des Affaires étrangères de Grèce :
https://www.mfa.gr/epikairotita/diloseis-omilies/anakoinose-tou-upourgeiou-exoterikon-gia-ten-katastase-pou-ekhei-demiourgethei-logo-koronoiou-se-skhese-me-tis-metakineseis-ellenon-politon-sto-exoteriko.html

En particulier:

– Les citoyens Grecs se trouvant en France ainsi que les résidents permanents étrangers en Grèce souhaitant rentrer en Grèce sont invités à consulter principalement les dernières instructions des autorités françaises compétentes concernant la circulation des personnes sur le territoire français, par exemple: https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus. Des informations mises à jour régulièrement sont également publiées sur le site Internet de notre Autorité https://www.mfa.gr/france

– Pour les déplacements en avion, les personnes concernées sont invitées à contacter directement les compagnies aériennes de leur choix. À cet égard, veuillez noter que votre billet d’avion prouve la raison de votre déplacement à l’aéroport.

– Il est conseillé aux personnes voyageant par la route (voiture, bus interurbain) ou en train de consulter les dernières consignes des autorités compétentes concernant les déplacements à l’intérieur du territoire français ainsi que celles des pays qu’ils traverseront. Rappelons que le Gouvernement Grec a limité les voyages à destination et en provenance de l’Albanie, de l’Italie, de la Macédoine du Nord et de l’Espagne.

– Au cas où vous ne seriez pas autorisé à franchir des frontières terrestres, nous vous invitons à nous contacter directement sur les téléphones précités.

– Concernant l’arrivée en Grèce, le Gouvernement Grec a annoncé qu’à compter du lundi 16 mars 2020, les personnes entrant sur le territoire grec, quels que soient leur nationalité ou leur pays d’origine, sont obligatoirement confinées chez elles durant 14 jours à compter du jour de leur entrée dans le pays. Une amende administrative pour ceux/celles qui violent cette obligation est applicable.

– Contactez-nous si vous rencontrez tout autre problème afin que nous soumettions votre cas aux autorités françaises.

Pour plus d’informations sur le coronavirus (Covid-2019), consultez la page suivante: https://www.mfa.gr/france/fr/the-embassy/news/covid-19-communique-de-lambassade-concernant-les-deplacements-des-citoyens-grecs-letranger.html

Publié dans Communiqués, Non classé | Commentaires fermés sur Communiqué de l’Ambassade de Grèce concernant les déplacements des citoyens Grecs à l’étranger

Nous les avons laissés seuls et la haine est en train de gagner

Depuis quelques jours, des images insupportables nous arrivent de Grèce, de ses frontières maritimes ou terrestres, de Lesbos ou de Kastaniès. Celles de réfugiés, hommes, femmes, enfants demandant secours et celles de Grecs qui les rejettent. Face au dilemme insoluble que composent ces deux légitimités, celle du droit de demander asile à l’étranger face au danger et celle du droit de vivre en paix là où l’on est né sans être submergé et ni coulé économiquement, c’est un cri d’alarme que je lance pour alerter avant qu’il ne soit trop tard, au risque d’être traitée de Cassandre.

Car dans cette crise migratoire, on a oublié les Grecs. En 2015 pourtant, ils avaient accueilli près d’un million de réfugiés ; il avait même alors été question de leur donner le prix Nobel de la paix. Puis, plus rien. Et pendant cinq ans,ils ont continué à les accueillir, malgré l’accord-piège de 2016 entre l’Union européenne et la Turquie, où les îles sont devenues un pourrissoir pour tous ceux qui arrivaient, perdant espoir d’aller dans un autre pays pour une vie meilleure. Ces Grecs, souvent eux-mêmes descendants de déplacés venus de Turquie au siècle dernier, ayant entendu leurs parents et grands-parents raconter les mêmes affres de l’exil, les d’abord reçus avec ophiloxenia (hospitalité en grec, amour de l’étranger mot à mot). Mais la détérioration de la situation – rien que sur l’île de Lesbos plus de 20 000 réfugiés s’entassent dans des conditions innommables dans des camps surpeuplés officiellement prévus pour 6 000 personnes et où arrivent chaque jour de nouveaux arrivants-, l’abandon des gouvernements grecs successifs et le déni, voire l’obstructionde l’Union européenne et de nombreux pays membres, les ont amenés à se révolter.

Ainsi, lorsque le gouvernement conservateur arrivé au pouvoir en juillet dernier (qui avait cru régler le problème en supprimant le ministère des migrations, remis en place depuis) a imposé la construction de centres fermés partout dans le pays et en particulier dans ces îles d’accueil (Lesbos, Chios, Samos, Leros et Kos), la population a fait front pour refuser ce plan. A Lesbos, les insulaires, toutes sensibilités politiques confondues, se sont mobilisés dans une grève générale et ont bouté hors de l’île les forces de l’ordre gouvernementales. Mais quand le président turc Erdogan a déclenché son opération d’envoi massif de migrants aux frontières, les plombs ont sauté face à l’inanité des réponses des politiques, uniquement militaires et financières. L’Union européenne, après un show médiatique faisant atterrir ses dirigeants deus ex-machina d’un hélicoptère sur la frontière, signe un nouveau chèque pour prix de son impuissance mettant à mal ses valeurs proclamées et ferme les frontières à l’aide de son bras armé, FRONTEX. Le gouvernement grec, lui, bafoue le droit international en gelant la procédure d’asile, en légitimant le tir à balles réelles et le droit de repousser des réfugiés en mer et va construire des murs, barrière flottante en mer et clôture électrifiée sur la partie terrestre de la frontière turque.

« Rendez-nous nos îles, rendez-nous nos vies ! » La banderole accrochée sur la façade du théâtre municipal de Mytilène, capitale de Lesbos, exprimait encore la semaine passée le désarroi de cette population qui a vu sa vie bouleversée par l’afflux des migrants. La Grèce, pays sans aucun passif colonial et subissant depuis dix ans une profonde crise économique et sociale, a pris en pleine figure cette forme sauvage de la mondialisation. Qui a raconté le télescopage culturel et psychologique vécu suite à cette migration brutale, le désarroi des quelques habitants de cette toute petite île accueillant des centaines de personnes dans leur minuscule église, l’affolement de ces pêcheurs passant leurs nuits à secourir les noyés en mer, la détresse de ces garde-côtes sauvant des centaines de fugitifs des embarcations retournées au risque de faire chavirer leurs propres bateaux ? Qui a ressenti le face à face de ces îliens avec la mort, celle d’enfants de l’âge de leurs propres enfants, entraînant une schizophrénie permanente entre un vécu de guerre cachée et un quotidien apparent de douceur de vivre ? Sans parler des conséquences sociales et financières : l’économie touristique en chute libre, la pêche en recul, l’agriculture entravée, les oliveraies dévastées, et pour horizon, leurs terres expropriées pour construire des centres-prisons et un avenir de garde-chiourmes de l’Europe ?

Les médias ? Certes, il y a eu beaucoup de reportages sur les réfugiés. Sur un tel sujet, c’est facile de faire de belles photos ou des témoignages émouvants. Mais aller plus loin ? Pas ou peu d’investigation sur les causes de cette situation, sur les responsabilités et surtout sur le nerf de la guerre de ce « migrant-business », devenu aussi rentable que la prostitution ou la drogue, l’argent direct ou indirect : l’argent des armes et des guerres, l’argent des réseaux de passeurs, l’argent des constructeurs des camps, l’argent des fournisseurs de l’aide humanitaire, l’argent pour militariser les mers et les frontières, l’argent versé à la Turquie pour faire taire sa menace, l’argent donné aux gouvernements grecs pour devenir les bons geôliers européens (argent d’ailleurs parfois détourné par la corruption).

La colère de la population désorientée se transforme à vitesse galopante en haine, qu’infuse le poison populiste, sciemment ravivé par des forces extrémistes ( hommes politiques désinhibés, milices auto-proclamées, néo-nazis, ultranationalistes religieux, …) qui prospèrent sur la réalité sociale dégradée ; alors que la crise a fait partir hors du pays un demi-million de jeunes Grecs diplômés (sur une population de dix millions), voilà qu’une agence pour l’emploi des migrants veut faire travailler à un prix imbattable tous ces malheureux venus d’ailleurs. Ce sera bientôt la saison des tomates, des fraises, des concombres et … du dumping social.

L’hospitalité est devenue hostilité, la démocratie guerrière et l’Europe barbare. Réveillons-nous avant qu’il ne soit trop tard.

Effy Tselikas, journaliste franco-grecque

10 mars 2020

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Nous les avons laissés seuls et la haine est en train de gagner

Nous les avons laissés seuls et la haine est en train de gagner

Depuis quelques jours, des images insupportables nous arrivent de Grèce, de ses frontières maritimes ou terrestres, de Lesbos ou de Kastaniès. Celles de réfugiés, hommes, femmes, enfants demandant secours et celles de Grecs qui les rejettent. Face au dilemme insoluble que composent ces deux légitimités, celle du droit de demander asile à l’étranger face au danger et celle du droit de vivre en paix là où l’on est né sans être submergé et ni coulé économiquement, c’est un cri d’alarme que je lance pour alerter avant qu’il ne soit trop tard, au risque d’être traitée de Cassandre.

Car dans cette crise migratoire, on a oublié les Grecs. En 2015 pourtant, ils avaient accueilli près d’un million de réfugiés ; il avait même alors été question de leur donner le prix Nobel de la paix. Puis, plus rien. Et pendant cinq ans,ils ont continué à les accueillir, malgré l’accord-piège de 2016 entre l’Union européenne et la Turquie, où les îles sont devenues un pourrissoir pour tous ceux qui arrivaient, perdant espoir d’aller dans un autre pays pour une vie meilleure. Ces Grecs, souvent eux-mêmes descendants de déplacés venus de Turquie au siècle dernier, ayant entendu leurs parents et grands-parents raconter les mêmes affres de l’exil, les d’abord reçus avec ophiloxenia (hospitalité en grec, amour de l’étranger mot à mot). Mais la détérioration de la situation – rien que sur l’île de Lesbos plus de 20 000 réfugiés s’entassent dans des conditions innommables dans des camps surpeuplés officiellement prévus pour 6 000 personnes et où arrivent chaque jour de nouveaux arrivants-, l’abandon des gouvernements grecs successifs et le déni, voire l’obstructionde l’Union européenne et de nombreux pays membres, les ont amenés à se révolter.

Ainsi, lorsque le gouvernement conservateur arrivé au pouvoir en juillet dernier (qui avait cru régler le problème en supprimant le ministère des migrations, remis en place depuis) a imposé la construction de centres fermés partout dans le pays et en particulier dans ces îles d’accueil (Lesbos, Chios, Samos, Leros et Kos), la population a fait front pour refuser ce plan. A Lesbos, les insulaires, toutes sensibilités politiques confondues, se sont mobilisés dans une grève générale et ont bouté hors de l’île les forces de l’ordre gouvernementales. Mais quand le président turc Erdogan a déclenché son opération d’envoi massif de migrants aux frontières, les plombs ont sauté face à l’inanité des réponses des politiques, uniquement militaires et financières. L’Union européenne, après un show médiatique faisant atterrir ses dirigeants deus ex-machina d’un hélicoptère sur la frontière, signe un nouveau chèque pour prix de son impuissance mettant à mal ses valeurs proclamées et ferme les frontières à l’aide de son bras armé, FRONTEX. Le gouvernement grec, lui, bafoue le droit international en gelant la procédure d’asile, en légitimant le tir à balles réelles et le droit de repousser des réfugiés en mer et va construire des murs, barrière flottante en mer et clôture électrifiée sur la partie terrestre de la frontière turque.

« Rendez-nous nos îles, rendez-nous nos vies ! » La banderole accrochée sur la façade du théâtre municipal de Mytilène, capitale de Lesbos, exprimait encore la semaine passée le désarroi de cette population qui a vu sa vie bouleversée par l’afflux des migrants. La Grèce, pays sans aucun passif colonial et subissant depuis dix ans une profonde crise économique et sociale, a pris en pleine figure cette forme sauvage de la mondialisation. Qui a raconté le télescopage culturel et psychologique vécu suite à cette migration brutale, le désarroi des quelques habitants de cette toute petite île accueillant des centaines de personnes dans leur minuscule église, l’affolement de ces pêcheurs passant leurs nuits à secourir les noyés en mer, la détresse de ces garde-côtes sauvant des centaines de fugitifs des embarcations retournées au risque de faire chavirer leurs propres bateaux ? Qui a ressenti le face à face de ces îliens avec la mort, celle d’enfants de l’âge de leurs propres enfants, entraînant une schizophrénie permanente entre un vécu de guerre cachée et un quotidien apparent de douceur de vivre ? Sans parler des conséquences sociales et financières : l’économie touristique en chute libre, la pêche en recul, l’agriculture entravée, les oliveraies dévastées, et pour horizon, leurs terres expropriées pour construire des centres-prisons et un avenir de garde-chiourmes de l’Europe ?

Les médias ? Certes, il y a eu beaucoup de reportages sur les réfugiés. Sur un tel sujet, c’est facile de faire de belles photos ou des témoignages émouvants. Mais aller plus loin ? Pas ou peu d’investigation sur les causes de cette situation, sur les responsabilités et surtout sur le nerf de la guerre de ce « migrant-business », devenu aussi rentable que la prostitution ou la drogue, l’argent direct ou indirect : l’argent des armes et des guerres, l’argent des réseaux de passeurs, l’argent des constructeurs des camps, l’argent des fournisseurs de l’aide humanitaire, l’argent pour militariser les mers et les frontières, l’argent versé à la Turquie pour faire taire sa menace, l’argent donné aux gouvernements grecs pour devenir les bons geôliers européens (argent d’ailleurs parfois détourné par la corruption).

La colère de la population désorientée se transforme à vitesse galopante en haine, qu’infuse le poison populiste, sciemment ravivé par des forces extrémistes ( hommes politiques désinhibés, milices auto-proclamées, néo-nazis, ultranationalistes religieux, …) qui prospèrent sur la réalité sociale dégradée ; alors que la crise a fait partir hors du pays un demi-million de jeunes Grecs diplômés (sur une population de dix millions), voilà qu’une agence pour l’emploi des migrants veut faire travailler à un prix imbattable tous ces malheureux venus d’ailleurs. Ce sera bientôt la saison des tomates, des fraises, des concombres et … du dumping social.

L’hospitalité est devenue hostilité, la démocratie guerrière et l’Europe barbare. Réveillons-nous avant qu’il ne soit trop tard.

Effy Tselikas, journaliste franco-grecque

10 mars 2020

Publié dans Tribune | Commentaires fermés sur Nous les avons laissés seuls et la haine est en train de gagner

Emissions grecques radiophoniques « l’Instant Grec »

Emissions grecques radiophoniques pour les 4 semaines à venir « l’Instant Grec » les dimanches 22 et 29 mars, 05 et 12 avril 2020 à 13 h sur AYPfm 99.5 et internet radio-aypfm.com, la Radio Arménienne.

  • 22 mars : “Η 25η Μαρτίου μέσα από 8 αθάνατα τραγούδια”, la Fête Nationale Grecque du 25 mars 1821 avec 8 chants immortels, prélude à la commémoration avec Evelyne FRESINSKY, biologiste en recherche clinique et pianiste
  • 29 mars, rediffusion de l’émission du 31 mars 2019 avec données de l’époque : commémoration de la Révolution Grecque de 1821 avec Monsieur Dimitris PSIAXHAS, Directeur du Bureau Consulaire de Grèce à Paris, avec l’aimable participation de Monsieur Nikos GRAIKOS, Professeur de Grec Moderne à l’Association Phonie-Graphie, commémoration de la Journée Internationale des droits de la Femme avec Madame le Docteur Maria PAPAEVANGUELOU, Présidente de l’Association des Mères Scientifiques de famille nombreuse, rubrique mensuelle “le Royaume-Uni à CHYPRE: 140 ans de présence anglaise” avec Monsieur le Docteur Nicolas PANAYOTOU
  • 05 avril : recherches sur la tragédie grecque, espace du drame antique et scène contemporaine avec Madame Miranda SCOULATOU, Présidente de l’Association THEATRA II à Paris
  • 12 avril : le célèbre compositeur Mimis PLESSAS – 4ème partie – créations musicales récentes, créations rares et magistrales avec Evelyne FRESINSKY, biologiste en recherche clinique et pianiste

Toutes les émissions sont disponibles sur le site www radio-aypfm.com, archives, l’instant grec, email ellinikistigmi@gmail.com
Avec Evelyne FRESINSKY

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés sur Emissions grecques radiophoniques « l’Instant Grec »

Le nouveau clip de « Nefeles » à découvrir sur YouTube le 20 mars 2020: « O Koutalianos »

S’abonner à la chaîne Nefeles

Vous ne connaissez pas encore Panagis Koutalianos ? C’est un costaud qui arrête les trains à main nue, c’est la jeunesse qui danse, c’est le sourire des anciens, c’est un village grec, c’est une chanson grecque, c’est un violon qui vole et un balai qui s’envole, c’est un guitariste nonchalant et un bouzouki qui fait des clins d’œil, une petite fille à moustaches, des arbres, des pierres, des gens. C’est la toute nouvelle merveille du groupe « Nefeles », c’est le bonheur comme on ne vous l’a jamais montré. Vous allez adorer Panagis Koutalianos.

Eric Taver

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés sur Le nouveau clip de « Nefeles » à découvrir sur YouTube le 20 mars 2020: « O Koutalianos »

Emissions radiophoniques « L’instant grec » du mois de mars

Prochaines émissions « L’INSTANT GREC » courant du mois de mars

les dimanches 1er, 8, 15 et 22 mars 2020 à 13h sur Ayp fm 99.5 et Internet radio-aypfm.com, la Radio Arménienne:  

  • dimanche 1er mars 2020: “médecine, santé et société, existe-t-il un sage dénominateur commun? “ avec Monsieur le Docteur Nicolas PANAYOTOU, médecin généraliste chypriote et biologiste
  • dimanche 8 mars 2020: journée internationale des droits de la Femme & le Printemps des Poètes avec Madame Ira FELOUKATZI, journaliste et poétesse
  • dimanche 15 mars 2020: l’oeuvre de l’écrivain Christoforos MILIONIS avec Madame Tatiana TSALIKI-MILIONI, professeure de littérature française à la faculté des Lettres de l’université d’Athènes
  • dimanche 22 mars: “Η 25η Μαρτίου μέσα από 8 αθάνατα τραγούδια”, la Fête Nationale Grecque du 25 mars 1821 avec 8 chants immortels, introduction à la commémoration avec Evelyne FRESINSKY, biologiste en recherche clinique et pianiste
Publié dans Communiqués, Non classé | Commentaires fermés sur Emissions radiophoniques « L’instant grec » du mois de mars

Stage de danses traditionnelles de Grèce du 6 au 17 août 2020 à Epire et Macedoine

Pour plus d’informations, voir le texte attaché (en .pdf)

INSCRIPTIONS:

Publié dans Non classé, Stages, Stages | Commentaires fermés sur Stage de danses traditionnelles de Grèce du 6 au 17 août 2020 à Epire et Macedoine

Appel à traducteurs bénévoles pour sous-titrage des films grecs

Notre appel à films publié le plus largement possible nous a apporté un lot impressionnant de documentaires grecs récents, innovants et souvent surprenant. Notre comité de sélection (7 personnes, grecs et français, femmes et hommes…) nous a concocté une sélection officielle d’une grande qualité. Elle sera rendu publique très prochainement. Ainsi, le festival GrecDoc proposera au public parisien pendant le week-end des 27, 28 et 29 mars au cinéma Grand Action à Paris plus de 10 documentaires grecs inédits.

Pour que les films soient sous-titrés en français correctement, nous cherchons encore quelques bénévoles, car comme vous le savez peut-être, ce festival est une initiative de solidarité qui fonctionne sans aucune subvention: seules les bonnes énergies et quelques dons nous permettent de vous proposer ce festival. Le travail consiste à traduire en français les commentaires et dialogues des films de la sélection officielle. Cela doit se faire en février: à la fin du mois, toutes les traductions doivent être terminées pour que notre technicien ait le temps de poser les sous-titres sur le films. Les personnes qui l’acceptent auront les DVDs du film qu’ils auront traduit, et seront les invités permanent à toutes les séances du festival.

Si vous êtes intéressé, merci de contacter Stéphanie (stephanie.h@ictv-solferino.com). Elle vous donnera plus de détails.
D’avance un grand merci pour celles et ceux qui aimeront nous aider.

Très cordialement
Michel NOLL

Ecrans des Mondes
www.ecransdesmondes.org
Tél fixe: +331 6403 7098

Publié dans Annonces Utiles, Communiqués, Non classé | Commentaires fermés sur Appel à traducteurs bénévoles pour sous-titrage des films grecs

La Vassilopita 2020 de diktyo/Grèce-sur-Seine

Le dimanche 19 janvier 2020, notre association a célébré l’avènement de la nouvelle année autour de la traditionnelle Vassilopita grecque à la Maison de Grèce, 9 rue Mesnil Paris 16e. Nous avons été honorés par la présence de Monsieur Dimitrios Psiachas, Directeur du Bureau Consulaire de l’Ambassade de Grèce en France et du Père Panayotis Xenitellis, représentant de l’Eglise grecque orthodoxe de Paris . Les présidents et représentants des associations-membres de diktyo/Grèce-sur-Seine, les représentants d’autres associations invitées, ainsi que les amis qui ont rempli la salle de la Maison de la Grèce, ont partagé la Vassilopita et célébré la nouvelle année autour d’un verre d’amitié. Ils étaient accompagnés par les chants et la musique de nos amis les membres du groupe Limani et la voix magnifique de Melina Vlachos; nous voulons les féliciter pour leur excellente prestation et remercier en particulier Laurence Stefanidi et Yannis Vlachos.
Nous voulons remercier tous les amis de diktyo qui ont participé à cette soirée et ceux qui ont œuvré pour son succès. Nous sommes reconnaissants à nos amis Yannis Mavroeidakos de la Librairie Desmos ainsi qu’aux Restaurants Mavrommatis pour leur soutien.
Nous vous adressons nos meilleurs vœux pour 2020.

Le Bureau de diktyo/Grèce-sur-Seine
Nikos Prantzos, Président
Evagoras Mavrommatis, Vice-Président
Christos Trakas, Secrétaire
Yannis Mavrakakis, Trésorie

Allocution du Président

Votre Excellence, cher(e)s ami(e)s

Au nom de notre association je suis heureux de vous accueillir à notre manifestation aujourd’hui, dans cette salle de la Maison de Grèce qui nous a été gracieusement accordée par le Bureau Consulaire de l’Ambassade de Grèce. Je profite de cette occasion pour remercier Mme l’Ambassadrice Aglaia Balta et le Consul de Grèce Mr Dimitris Psiahas ici-présent pour leur hospitalité.

Je voudrais aussi saluer la présence parmi nous des représentants de presque toutes les associations membres de Diktyo, mais aussi d’autres associations, avec lesquelles nous avons noué des liens d’amitié depuis des années, car nous partageons des valeurs communes et surtout l’amour de l’hellénisme. D’autres, qui n’ont pas pu venir, nous ont envoyé de messages de sympathie et leurs voeux pour la nouvelle année et nous les remercions pour leur témoignage d’amitié.

Beaucoup de choses se ont passées depuis notre dernière Vassilopita, de bonnes et de moins bonnes. Pour nous, un coup terrible a été le décès de notre ami Nikos Spathis en été dernier. Nikos a été membre-fondateur de notre association Diktyo/Grèce-sur-Seine et membre de son Conseil, ainsi que président de l’association des Scientifiques Grecs de Paris. Il était arrivé à Paris il y a un demi-siècle, fuyant le régime de la dictature militaire installé en Grèce en 1967 et durant toute sa vie, il est resté actif sur le plan social et politique, bien au-delà du milieu universitaire ou il évoluait. Nous nous souviendrons toujours son esprit de camaraderie, son humour, sa combativité, son optimisme et son franc-parler. Nous avons perdu un grand ami, qui nous manquera énormément. Je voudrais saluer ici sa mémoire et dire que notre association prépare une manifestation pour l’honorer dans les mois qui viennent.

L’année 2019 pour notre pays, la Grèce, a été marquée par deux choses : à l’intérieur, une stabilisation relative de la situation économique et sociale – mais les plaies ouvertes par la crise et notamment l’exode massive des jeunes éduqués – le brain drain – restent encore ouvertes ; et à l’extérieur, l’inquiétude face à un environnement turbulent, instable. Instabilité due en grande partie à la résurgence de l’agressivité de la part de notre voisin la Turquie, agressivité qui s’est manifestée de plusieurs manières : augmentation significative des flux des migrants depuis la Turquie vers les îles de la mer Egée, remise en cause du droit international de la mer concernant la Grèce et Chypre, et plus récemment, ingérence aux affaires libyennes, une activité qui risque de déstabiliser l’ensemble de la Méditerranée orientale.

Ces activités hostiles posent un défi non seulement à la Grèce ou à Chypre, mais aussi à l’Union européenne, qui n’arrive pas malheureusement à trouver une réponse commune, empêtrée comme elle est dans ses propres problèmes : chômage persistant, replis identitaires et xénophobie, fracture sociale mais aussi fracture entre le Nord et le Sud de l’Europe, défiance des peuples envers leurs « élites » – comme le montre, entre autres le Brexit en Angleterre et la grève-record ces dernières semaines en France, après les gilets-jauns de l’année dernière. En fait, qui se souvient des élections européennes l’année dernière ? comme attendu, elles n’ont en rien amélioré la situation. Et en toile de fond, cette crise climatique, qui se transforme en catastrophe climatique comme on l’a vu récemment en Australie.

Traditionnellement, la célébration de la Vassilopita est l’occasion de faire des vœux pour la nouvelle année, espérant qu’elle sera un peu meilleure que l’année précédente. Après tout, le mythe de Pandore est là pour nous rappeler que l’espoir ne nous quitte jamais. Et de l’espoir il y a, quand on voit les gens – notamment les jeunes – se mobiliser pour le climat ou pour revendiquer leurs droits, ou tout simplement se mettre ensemble pour échanger et créer et s’enrichir ainsi mutuellement ; car la clé c’est la compréhension de l’autre, l’empathie envers l’autre, la solidarité avec l’autre. Le rapprochement entre les individus et entre les peuples devient ainsi plus que nécessaire.

Les associations au sein de diktyo ou en dehors de lui, contribuent à ce rapprochement avec des dizaines de manifestations chaque année en Ile de France. Cours de langue, soirées de littérature, théâtre et musique, danses et chansons. Ce foisonnement d’activités témoigne de la vitalité de l’hellénisme en Ile de France et notre tâche principale est de promouvoir ces activités, car nous considérons que chacune présente une vitrine de notre pays à nos amis français et philhellènes.

Notre manifestation phare en 2019 a été la 2ème édition du Forum des associations de diktyo : Une quinzaine d’associations y ont participé et présenté au public leurs différentes activités. Elle a contribué à nous faire mieux connaitre les uns et les autres et à renforcer nos liens. Il nous a aidés aussi à prendre conscience de l’utilité de diktyo, dont l’action est appréciée de plus en plus. Et nous vous promettons que nous continuerons nos activités avec encore plus de conviction cette année. En 2020 nous renouvellerons notre Conseil et nous espérons que de nouvelles personnes viendront enrichir avec leurs idées et leur expérience notre action.

Au nom de DIKTYO/Grèce-sur-Seine, je vous souhaite une excellente année 2020, à vous et à vos proches, et je vous donne rendez-vous aux manifestations prochaines organisées par et pour l’hellénisme en Ile de France.


BONNE ANNÉE A TOUS ! ΚΑΛΗ ΧΡΟΝΙΑ !

Publié dans Communiqués, Les fêtes de Vassilopita, Non classé | Commentaires fermés sur La Vassilopita 2020 de diktyo/Grèce-sur-Seine

Emissions grecques radiophoniques « L’instant grec » en février

Prochaines émissions grecques radiophoniques le dimanche à 13h sur Ayp fm 99.5 et Internet radio-aypfm.com, la Radio Arménienne:

-dimanche 2 février 2020: l’illustre compositeur Mimis PLESSAS -3ème partie- des années de gloire au service de la musique grecque avec Evelyne FRESINSKY, biologiste en recherche clinique et pianiste
-dimanche 9 février 2020: “CHYPRE culture”, entre héritage, blessures, combats et transmission avec Monsieur Charalambos PETINOS, historien et écrivain
-dimanche 16 février 2020: balades dans l’univers littéraire grec avec Nicolas PITSOS, historien, chargé du fonds grec à la BULAC et chercheur à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO)

Toutes les émissions sont disponibles sur le site www.radio-aypfm.com – rubrique archives – l’instant grec, email ellinikistigmi@gmail.com
Avec Evelyne FRESINSKY

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés sur Emissions grecques radiophoniques « L’instant grec » en février

Emissions grecques radiophoniques en janvier

Prochaines émissions grecques radiophoniques le dimanche à 13h sur Ayp fm 99.5 et Internet radio-aypfm.com, la Radio Arménienne:

  • dimanche 5 janvier 2020: les origines de la poésie grecque antique au 7ème siècle avant JC-1ère partie avec Madame Nicole DUBROMER, poète et professeure de lettres
  • dimanche 12 janvier 2020: le peintre Doménikos Théotokopoulos dit EL GRECO (exposition au Grand Palais) et le roman historique “Le GRECO et le GRAND INQUISITEUR” (“Ο ΓΚΡΕΚΟ και Ο ΜΕΓΑΣ ΙΕΡΟΕΞΕΤΑΣΤΗΣ”) avec Babis PLAITAKIS, écrivain, auteur et réalisateur
  • dimanche 19 janvier 2020: le drame de CHYPRE: un cas d’injustice internationale flagrante en Europe avec le Docteur Nicolas PANAYOTOU, médecin généraliste et biologiste

Toutes les émissions sont disponibles sur le site www.radio-aypfm.com – rubrique archives – l’instant grec, email ellinikistigmi@gmail.com


Avec Evelyne FRESINSKY

Publié dans Communiqués, Non classé | Commentaires fermés sur Emissions grecques radiophoniques en janvier

Joyeux Noël – Bonnes Fêtes – Bonne Année pour tous !

Chers amis grecs et philhellènes

Diktyo/Grèce-sur-Seine vous adresse ses meilleurs voeux

Joyeux Noël – Bonnes Fêtes – Bonne Année pour tous !

avec une pensée pour celles et ceux qui n’ont pas eu une bonne année en 2019

Publié dans Activités, Communiqués, Non classé, Tribune | Commentaires fermés sur Joyeux Noël – Bonnes Fêtes – Bonne Année pour tous !

Stage de danse avec l’association Kyklos le 1 et 2 février 2020

Le Samedi 01 et Dimanche 02 février 2020 nous aurons le plaisir d’accueillir pour la première fois IOANNIS TSIROGIANNIS

Nous le suivrons avec enthousiasme sur les routes de la Macédoine Centrale : Veria, Naoussa, le Roumlouki, Aridaia, Goumenissa…. jusqu’à atteindre la région de Thessalonique.

Salle de la Maison Queneau (24/26, rue Raymond Queneau – PARIS 75018 (Métro Porte de la Chapelle)

Samedi de 14h 00 à 19h30 et Dimanche de 10 h 00 à 17 h 00

Samedi soir, le stage sera suivi d’un pique-nique (chaque stagiaire apportant quelquechose à partager sur le Buffet commun (pour les boissons, c’est Kyklos qui s’en chargera ) … puis nous danserons encore la Grèce jusque 23 h 00

Attention, la soirée est réservée aux stagiaires et adhérent(e)s de l’Association. Pour toute invitation, merci nous contacter .

Le prix : Le prix du stage est de 45 eur (soirée du samedi incluse), si votre inscription est reçue avant le Samedi 18 janvier (après cette date, il passe à 50 euro) + l’adhésion annuelle de 15 eur à l’Association

Modalités d’inscription : d’abord, écrire à contact@kyklos-danse.com pour vous assurer qu’il reste de la place. Puis, si le “feu vert” est donné par Jean-Jacques, envoyer un chèque d’arrhes de 25 eur, libellé au nom de Kyklos à l’adresse :
KYKLOS C/° Mr et Mme VINCENT – n° 16, rue du Haras – 91240 SAINT MICHEL SUR ORGE

Votre inscription ne vous sera confirmée que à réception des arrhes

ATTENTION : Pour des raisons de sécurité, le nombre de personnes admises dans cette salle est fixé à 50 maxi.

Pour toute information, nous sommes à votre disposition à cette adresse : contact@kyklos-danse.com

et n’oubliez pas de visiter notre site www://kyklos-danse.com, avec les dates de nos prochaines activités STAGES et FETE …. et autres informations diverses…

Publié dans Activités des Associations, Communiqués, Stages | Commentaires fermés sur Stage de danse avec l’association Kyklos le 1 et 2 février 2020